Trouver un associé est un dilemme récurrent dès lors que l'on souhaite créer une entreprise ayant vocation à atteindre une certaine dimension. La recommandation basique est en effet de se lancer à plusieurs, 3 idéalement. Comment appréhender ce point si tu as la rage d'entreprendre mais que tu es seul ?

Trouver un associé est un dilemme récurrent dès lors que l’on souhaite créer une entreprise ayant vocation à atteindre une certaine dimension. La recommandation basique est en effet de se lancer à plusieurs, 3 idéalement. Comment appréhender ce point si tu as la rage d’entreprendre mais que tu es seul ?

S’associer n’est pas une obligation

Près de 40% des fondateurs de startups se lancent sans co-fondateur, et ils ont raison. Si tu te réjouis de te priver de tous les avantages de la vie de salarié, que tu as en main une idée pour régler un problème qui compte pour beaucoup, alors associé ou pas, tu n’as rien de mieux à faire qu’exploiter cette idée.

“Rien n’est plus fort qu’un idée dont l’heure est venue” disait Victor Hugo.

Le propos est le suivant : si c’est ton Moment pour y aller, et/ou si l’enjeu de time-to-market est fort dans ton projet, il ne faut pas attendre un éventuel associé pour se lancer. Le Moment ne repassera pas par là de si tôt (peut-être même jamais) alors que des associés peuvent entrer à plusieurs reprises dans le projet.

La bonne entente des associés est vitale pour la startup. Les disputes entre associés comptent parmi les plus fréquentes raisons d’échecs des projets (les deux autres sont le manque de financement et l’absence de marché).

Donc en l’occurence, on est mieux seul que mal accompagné. Voici quelques erreurs à éviter :

– S’associer pour s’associer. Si l’association ne repose pas sur des valeurs, une passion profondes et communes, une complémentarité des profils, le risque d’échec est élevé.

– Trouver un associé qui ne partage pas ta vision de l’entreprise. La notion de succès est très personnelle, si vous n’avez pas la même ce sera tôt ou tard un problème entre vous.

– Ne pas discuter très vite du cadre : qui est le CEO, qui se paye quand et combien, apport et répartition du capital, etc. Là encore, seul un parfait alignement, sans qu’aucun n’aie la sensation d’être lésé, permettra une association pérenne.

 

Le chemin vers une association

Si trouver un associé n’est pas une obligation à tout prix, force est de constater qu’entreprendre seul est beaucoup plus difficile. Les vertus d’une association sont multiples :

– Doter le projet de matière grise, compétences et capacité d’exécution complémentaire à la sienne.

– Echanger pour prendre les multiples décisions qui jalonnent la vie d’une startup.

– Partager les succès et les moments difficiles.

De plus, être solofounder est un sérieux handicap pour obtenir des financements. Notamment pour une levée de fonds, dont le critère principal est la complémentarité de l’équipe et son adéquation au projet : critère impossible à remplir seul.

Pour toutes ces raisons, trouver un associé doit donc faire parti de ta feuille de route. Si tu es seul à lancer ta startup, c’est qu’aucune personne de ton réseau actuel ne s’est révélée être le bon associé. Dès lors, l’enjeu est d’élargir ton réseau en multipliant les contacts avec des “cibles potentielles”. Voici quelques pistes pour rencontrer de futurs associés :

– Regarder si une autre personne n’est pas en train de lancer un projet similaire, vous vous en sortirez mieux ensemble que l’un contre l’autre.

– Etre actif dans des évènements dédiés à l’entreprenariat ou au secteur d’activité visé (meetup, startup week-end, conférence, etc).

– Présenter ton projet et ta recherche sur les sites faits pour trouver un associé. Par exemple teamizy ou affeeniteam.

Si au cours de ces aventures tu rencontres quelqu’un qui correspond au profil que tu recherches, la bonne pratique est de ne pas s’emballer ! On l’a vu, une association peut être la pire décision à prendre pour ton projet, le risque est de taille. Pour limiter ce risque et évaluer l’opportunité d’association, rien de mieux que de collaborer hors cadre sur des actions communes. Je m’explique : lancer une action ensemble, au périmètre limité pour mesurer l’efficacité de la collaboration.

Ces “minis-projets communs” doivent être sans impact fort sur ton projet et d’un temps limité. Par exemple, créer un ebook ensemble, préparer un évènement, etc. Cela peut paraître anodin mais c’est très révélateur : tu verras rapidement si travailler avec cette personne est productif et agréable ou si c’est une tannée.

 

Et en attendant de trouver un associé …

Bon, tu l’as compris, trouver le bon associé peut être long. La bonne nouvelle est que plus tu avanceras et réaliseras des preuves, plus tu seras susceptible d’attirer des profils intéressants.

En attendant de trouver un associé tu dois donc … continuer à mettre en oeuvre ton projet, en étant seul mais pas isolé. Il est indispensable que tu t’entoures d’expert en entreprenariat et mentors qui partagent leur expérience de fondateur.

Echanger avec quelqu’un d’averti et de confiance qui va challenger tes prises de position, te guider,  t’aider à trouver des solutions aux problèmes et t’apporter les compétences que tu n’as pas, est la seule manière de réussir sans associé. C’est précisément ce que nous faisons chez StartingList. Je t’invite à en discuter lors d’un rendez-vous téléphonique : fixer le rdv.

Prendre un RDV téléphonique (gratuit) avec un expert en entrepreneuriat

Chargement ...

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2017 StartingList - Contact, Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account